22 septembre 2021
conseils pour une meilleure gestion des conflits au travail

Envie de résoudre les conflits?

La plupart d’entre nous veulent avoir raison – c’est pourquoi nous sommes si mauvais dans la résolution des conflits.
Blâmer est un moyen facile – nous rendons quelqu’un d’autre responsable au lieu de posséder notre part. C’est pourquoi des problèmes simples se transforment en problèmes majeurs dans notre vie personnelle ou professionnelle. Nous voulons gagner l’argument à tout prix.

Les étapes pour changer vos réactions génocidaires

Le stress, c’est plus que jouer au jeu du blâme. Il est plus important de bien faire que de résoudre le problème.
La meilleure façon de résoudre le conflit est d’y faire face de manière impartiale. C’est le principe qui sous-tend la règle du 50-50 – concentrez-vous sur la recherche de solutions, pas sur les bonnes choses.

Tout le monde est également responsable

«Il est toujours facile de blâmer les autres. Vous pouvez passer toute votre vie pour blâmer le monde, mais votre succès et votre échec sont entièrement de votre responsabilité. “- Paulo Coel
Les couples ayant de faibles compétences en résolution de conflits se livrent généralement à un comportement de combat, de fuite ou de gel. Ceux qui ont appris à surmonter le stress vivent le plus longtemps. Je m’en tiens donc à la règle des 50% à 50% – quand quelque chose ne va pas, chaque partie est également responsable.
J’ai inventé cette règle il y a de nombreuses années. J’ai commencé à mettre cela en pratique avec ma femme – c’est peut-être pour cela que nous sommes ensemble depuis 20 ans. Ce n’est pas correct mais fonctionne la plupart du temps.
Je partage généralement la règle des 50-50 lorsque je coach des équipes – c’est un moyen simple et efficace de résoudre les conflits sur le lieu de travail. Cependant, cela prend du temps et de la pratique. La plupart des gens s’y opposent au départ – personne ne veut être «partiellement coupable» à l’avance.
En fait, cette approche suggère de supprimer 50% de la responsabilité et de la placer sur vos épaules. Cela sonne le contraire, non? Cependant, il ne s’agit pas d’en blâmer un ou plusieurs – le but est de voir le conflit comme un égal. Lorsque personne n’a raison ou tort, il est facile de se concentrer sur la solution.
La création d’un champ commun conduit les gens du blâme à l’introspection – tout le monde se concentre sur la recherche de solutions, pas sur le pointage du doigt.

  1. Avoir «raison ou tort» pour intégrer les deux perspectives

La plupart des gens considèrent le conflit du travail  comme un combat – avoir raison équivaut à la victoire. Le problème est que personne ne veut avoir tort. Déplacez la conversation de vrai à faux pour intégrer le point de vue opposé.

  1. De prendre parti à être juste

Lorsque vous devez choisir entre deux options, vous résolvez généralement le mauvais problème. Supprimez la question à la place. Prendre parti ne rendra qu’une personne très heureuse et dérangera beaucoup l’autre – cela réduira davantage le stress. La règle du 50-50 apporte l’équité en éliminant les parties.

  1. De la défensive à la sympathie

La tension oppose les gens les uns aux autres – ils voient l’autre partie comme des ennemis. Supprimer les émotions est important pour conduire la détermination. Quand personne n’a raison ou tort, les gens mettent leur énergie à comprendre les besoins et les attitudes de chacun.

  1. De blâmer l’autre à coopérer

Blâmer est un moyen facile. Il est plus facile de se rendre compte que nous pouvons tous améliorer notre comportement que de pointer du doigt. Passer de la concentration à la coopération, en acceptant que tout le monde soit également responsable.

  1. Gagner un argument pour résoudre le problème

L’avantage de la collaboration est d’affronter le conflit avec un état d’esprit résolvant les problèmes. Gagner ne consiste pas à vaincre l’autre partie, mais à trouver une solution qui profite à tout le monde. Les ressources humaines permettent de gérer les relations sociales dans l’entreprise. Visitez notre site  BDES   pour plus d’informations

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *